Au diable critères et références

Au diable critères et références

Nous vivons une époque formidable où l’on réduit la culture en général au tape à l’œil et à une forme de communication bidon.

Quant à la « cornichonnerie » consistant à qualifier d’ « actuelles » certaines musiques, je ne m’étendrai pas sur le sujet. Je n’ai pas de temps à perdre ! Je dis simplement,- que cela plaise ou non aux diffuseurs de soupe – que toutes musiques ou créations artistiques vivantes, se pratiquant et s’exprimant à l’instant ou j’écris ces lignes sont « actuelles ».

Aussi, de quel droit une pseudo élite médiatico-opportuno-cultureuse à la pensée unique, mondialiste et fumeuse se permet-elle d’en juger ? Bertrand de Born et Bénabar, Fabulous Trobadors, Django, Brassens, Manitas, Bernart de Ventadour, Utgé Royo et combien d’autres, chanteurs auteurs compositeurs, groupes, musiciens, classiques ou modernes, font honneur aujourd’hui, à cette minute, à la culture et à la musique. Et pourtant, ils n’ont jamais eu, hier ou aujourd’hui, besoin de Zéniths, de Stade de France ou de « Victoires de la musique » pour exister et rayonner. Halte aux marchands de spectacles, de concerts, de festivals, qui ne savent raisonner culture et musique qu’en termes de bourrages de salles (de crânes), de têtes d’affiches « bankables », de mièvreries gesticulatoires, inodores et incolores, orphelines de messages et de sens, justes sonores ! Le décervelage des masses s’effectue plus aisément s’il est masqué par le torrent bruyant qui les prépare à consentir au vide. Les inventeurs-flatteurs de prétendues « musiques actuelles »ne font bien souvent qu’engloutir l’argent provenant des subventions publiques et du gousset des dupes…  Il y aurait tant à faire pourtant avec ces aides qui font si cruellement défaut à l’ensemble de la création culturelle et artistique dans ce pays. Les nouveaux négriers des artistes, anesthésistes de la réflexion populaire, ne sont en vérité, que les fossoyeurs des « musiques intelligentes de demain » ? Alors : halte aux coupeurs et aux réducteurs de tête ! Le vide qu’ils organisent est assourdissant ! Il y en a assez des « Défaites de la musique » ! Je tenais à le dire ici, en passant. Pour me faire, j’en suis persuadé, quelques nouveaux amis parmi les courageux programmateurs de spectacles et autres éminentes compétences en matière de festivals estivaux.

Alors, pour la musique et la chanson comme pour tout le reste, regardons bien cette image, car si nous n’y prenons garde à temps, nous pourrions bien finir comme eux…

Comments are closed.